1000m² de souterrains oubliés

1000m² de souterrains oubliés sous la ville d'angoulême

Source : Charente Libre

27 Octobre 2012

Par Richard TALLET et photos : Majid Bouzzit

Un promoteur angoumoisin a découvert un réseau de souterrains sous une parcelle achetée avenue de Cognac. Mille mètres carrés de galeries et de salles qui servaient d'entrepôts aux brasseries.

Une petite ruelle pavée. Les vestiges d'un squelette de toiture. Des coins, des recoins et un bruit constant de ruissellement. Sans une lampe torche puissante et un féroce sens de l'orientation, il y a de quoi se perdre. Ce promoteur angoumoisin vient d'acheter une vieille maison bourgeoise de la rue de Cognac. Il n'a pas trouvé une mine d'or au fond du jardin, mais un réseau de grottes de plus de 1.000 m2 qui n'était absolument pas mentionné sur l'acte de vente.

«J'ai entendu parler de ces grottes, mais je ne les ai jamais vues», envie Florent Gaillard, le conservateur des Archives municipales et du Musée du Papier. Equipé de bottes et d'un ciré, le propriétaire mène, lui, la visite comme Indiana Jones explorerait un temple millénaire. Il pointe avec son éclairage de fortune des excavations qui s'avèrent être des entrées de souterrains. Beaucoup de passages sont murés. «Je pense qu'il devait y avoir des maisons tout le long, avec des caves creusées dans la roche.» Des caves communiquant entre elles.

Pour les plus grosses salles, il ne fait aucun doute qu'elles ont été façonnées à coup de pioche dans la roche. Même si avec l'humidité et les infiltrations, des stalactites et des stalagmites ont commencé à se former. «L'endroit devait servir de stockage pour la brasserie Champigneulles», suppute le promoteur. «La maison appartenait à la famille Didelon, qui a dirigé la brasserie au début du siècle dernier.» Il a découvert l'entrée de ces incroyables grottes dans l'immense jardin de cette bâtisse.